Vous êtes ici...

presentation nd afriqueDans l’antiquité, la zone géographique du Maghreb actuel est  bien intégrée dans l’empire romain[1]. Carthage en est le pôle urbain principal. Une présence chrétienne nombreuse et structurée y est attestée dès la fin du  IIème siècle. Des personnalités émergent et laissent des traces écrites : Tertullien, premier auteur chrétien à écrire en latin, a laissé une œuvre encore connue aujourd’hui.

Le monastère Notre Dame de l’Atlas n’était pas isolé dans sa montagne. Il y avait bien sûr les nombreuses visites des voisins musulmans, visites au dispensaire mais aussi visites amicales, parfois occasions d’échanges spirituels. Mais aussi, poumon d’oxygène de l’Eglise d’Algérie, beaucoup de chrétiens venaient s’y ressourcer, trouver conseil ou simplement s’y reposer.

Religieux et laïcs du Diocèse le fréquentaient donc régulièrement et beaucoup avaient des relations fraternelles et amicales avec les Frères. Mais si les hôtes s’en revenaient revivifiés, les Frères étaient aussi confortés dans le sens de leur présence par leurs visiteurs.

Il n’est pas possible d’évoquer tous les amies et amis fidèles mais trois d’entre eux, par la part qu’ils ont prise à la vie, et parfois à la survie du monastère, méritent d’être associés aux Frères dans ce site. Il sont présentés dans les pages suivantes.

Cardinal Léon-Etienne DUVAL, pour en savoir plus
Père Gilles NICOLAS, pour en savoir plus
Père Joseph CARMONA, pour en savoir plus

petit reste cardinal duval Né en 1903 à Chénex (Haute Savoie), ordonné prêtre dans le diocèse d’Annecy, il était vicaire général à Annecy en 1947 avant d’être nommé évêque de Constantine en Algérie.  Puis, il devint archevêque d’Alger en 1954, élevé au cardinalat en 1965 et, la même année, obtint la nationalité algérienne.

petit reste noel 87 thibirine Curé de Médéa de 1978  à 1997, il fut très proche des Frères et vécut prés d’eux et avec eux beaucoup des évènements dramatiques de ces années, particulièrement les dernières.

Né en 1936, ingénieur de l’école Centrale de Paris, il fait son service militaire comme lieutenant dans l’Ouest de l’Ouarsenis.

petit reste carmona et ses chanteurs Né à Oran, le 15 mars 1917, dans une famille nombreuse d’origine espagnole, il est ordonné prêtre à Alger en 1947. Il exercera son ministère dans plusieurs paroisses d’Alger ou périphérie ; d’abord vicaire à Bab El oued, puis à Hussein Dey, il est, en 1949, curé de l’Arbaa où il nouera des amitiés très fidèles avec les jeunes de ce village.