Vous êtes ici...

La page de la présence monastique au Maghreb ne s'est pas définitivement tourné le 27 mars 1996.

Grâce au « petit reste » de la Communauté de Tibhirine, Père Amédée et Père Jean Pierre, grâce aux Frères de Fès, grâce à d’autres, venus s’inscrire dans le message et l’action des Frères,  Notre Dame de l’Atlas est toujours présente au Maroc et le lieu Tibhirine toujours vivant où une petite communauté du Chemin Neuf essaie de s'implanter. 

La situation actuelle en ces deux points est détaillée dans TIBHIRINE AUJOURD'HUI et N.D. de l'ATLAS au MAROC mais il est utile de faire un petit historique de ce qui s’est passé dans les années qui ont suivi  le 27 mars 1996.

Père Amédée (Jean Noto)

petit reste amedee

Né en Algérie en 1920, Père Amédée entre d’abord chez les Pères Blancs puis rejoint en mai 1946 la Trappe Notre Dame de l’Atlas à Tibhirine ; il était le plus ancien de la Communauté, précédant de quelques mois Frère Luc.

Dans le monastère, il est assez vite chargé de la buanderie, tâche qu’il conservera, y compris dans ses dernières années au Maroc. Il avait pris la nationalité algérienne et parlait l’arabe dialectal. Formé comme infirmier  par Frère Luc, il put maintenir un minimum de soins au dispensaire lors des deux absences importantes de Frère Luc dans les années 60.

petit reste ete 2006Père Jean Pierre Schumacher

Lorrain, né en 1924, il fit partie des « malgré eux » mobilisés dans l’armée allemande pour aller sur le front russe. Une tuberculose « providentielle » lui évita cela, et  il sera le seul survivant de son unité.

En 1957, il rentre à l’abbaye de Timadeuc ; c’est là qu’en 1964 il répond à l’appel initié par Mgr Duval et Dom Jean de la Croix, abbé d’Aiguebelle,  et rejoint Tibhirine.

petit reste cardinal duvalNé en 1903 à Chénex (Haute Savoie), ordonné prêtre dans le diocèse d’Annecy, il était vicaire général à Annecy en 1947 avant d’être nommé évêque de Constantine en Algérie.  Puis, il devint archevêque d’Alger en 1954, élevé au cardinalat en 1965 et, la même année, obtint la nationalité algérienne.  En 1988 monseigneur Henri Teissier lui succéda ; âgé de 86 ans, il se retira dans un petit appartement jouxtant la basilique N D d’Afrique (dont l’esplanade sera plus tard rebaptisée place cardinal Duval par les autorités algériennes).

Archevêque d’Alger pendant les périodes très difficiles de la guerre d’indépendance et des années qui suivirent, il assuma sa charge avec un courage et une rectitude morale qui ne lui ont pas  valu que des amis : voir le livre de Marie Christine Ray : Le cardinal Duval  un homme d’espérance en Algérie  ( CERF) . Deux phrases rapportées en ce livre illustrent l’esprit de l’action du cardinal Duval : « La plus haute dignité de l’homme, c’est l’amour fraternel; » et « La fraternité de la souffrance est, de toutes, la plus forte et la plus durable. »

petit reste noel 87 thibirineCuré de Médéa de 1978  à 1997, il fut très proche des Frères et vécut prés d’eux et avec eux beaucoup des évènements dramatiques de ces années, particulièrement les dernières.

Né en 1936, ingénieur de l’école Centrale de Paris, il fait son service militaire comme lieutenant dans l’Ouest de l’Ouarsenis. Il y découvre l’Algérie et décide, pendant ses études théologiques, accomplies au Grand Séminaire d’Issy les Moulineaux, de demander l’incardination dans le diocèse d’Alger. Ordonné à Paris le 25 juin 1966, il part pour Alger rejoindre son diocèse, en septembre 1966.

petit reste carmona et ses chanteursNé à Oran, le 15 mars 1917, dans une famille nombreuse d’origine espagnole, il est ordonné prêtre à Alger en 1947. Il exercera son ministère dans plusieurs paroisses d’Alger ou périphérie ; d’abord vicaire à Bab El oued, puis à Hussein Dey, il est, en 1949, curé de l’Arbaa où il nouera des amitiés très fidèles avec les jeunes de ce village. Il fonde ensuite la paroisse de Dar el Mahçoul  puis succède dans les années 60 au Père Scotto  à la paroisse Saint Joseph de Bab El Oued. Enfin curé de Hussein Dey, il prend sa retraite en 1999 et revient en France pour des raisons de santé ; après plusieurs changements de résidence, il finit ses jours dans une maison de retraite religieuse à Carcassonne où il s’est éteint doucement le 22 septembre 2011 à l’âge de 94 ans.