L’absence de Dieu conduit à la déchéance de l’homme et de l’humanisme. Mais où est Dieu ? Le connaissons-nous et pouvons-nous Le montrer de nouveau à l’humanité pour fonder une vraie paix ? (Benoit XVI, Assise, 27 octobre 2011).

christianisme islam ancone tu es mon ami

L’expérience singulière conduite à Notre-Dame de l’Atlas constitue aujourd’hui une grande source d’inspiration pour les relations entre les chrétiens et les musulmans.

La Communauté de Tibhirine pratiquait une vie de prières et de travail, comme dans tous les monastères du monde qui suivent la Règle de Saint Benoit et sa devise « Ora et Labora ». Par ailleurs, certains moines de la Communauté avaient institué un Lien de Paix ou « Ribât el Salam ». Afin de mettre à l’épreuve leur relation à Dieu dans et par la prière, ce « Lien de Paix » permettait à certains chrétiens d’Algérie de rencontrer des musulmans, principalement des soufis.

Ce "Lien de Paix" ou "Ribât el Salam" fut fondé par le Père Claude Rault et par Christian de Chergé en 1979, avec l'aide deux pères Blancs. Leur projet commun : approfondir leur vie spirituelle en Algérie en accueillant ce que leur foi en Jésus-Christ peut accueillir de l'expérience religieuse de leurs amis musulmans. Ribât el Salam est le nom de l'association qui se crée ainsi d'abord uniquement de chrétiens. Il signifie Lien de Paix. Le monastère devient le lieu régulier des rencontres, tous les six mois.

Un groupe de Soufis que Frère Jean-Pierre avait rencontré au départ à Médéa demande à rentrer dans le mouvement. Ils faisaient partie d'un groupe soufi appelé "Alaouisme". Ils venaient alors en début d'après midi du Vendredi alors que le Ribât el Salam commençait lui le jeudi soir et se terminait le samedi matin (temps du week-end en Algérie).

Comme à Assise le 27 octobre 2011, la première partie se passait en silence dans le salon de l'hotellerie. Puis, quand arrivait l'heure de la prière des musulmans, ils se retiraient dans une pièce à côté pour leur prière officielle, pendant que les chrétiens se rendaient à la chapelle. A leur retour, ceux qui le désiraient pouvaient parler de la manière dont ils avaient vécu dans leur quotidien, une parole, qui était choisie dans la tradition musulmane ou chrétienne, lors de la rencontre précédente.

Ce "Lien de Paix" avait pour fondement la prière. Ainsi, s'exprimait le prieur de Tibhrine : "Les appels à la prière ne peuvent me laisser indifférent. Il n'y a que Dieu qui puisse appeler à la prière. Ici, à Tibhirine, je comprends mieux que tous sont appelés, que l'homme a été créé pour cette louange et cette adoration. Et c'est bien la prière qui m'aide à donnr à chacun de mes frères sa juste place, par delà un vivre ensemble souvent éprouvant. Elle me permet de mieu pressentir les convergences malgré la distance, et les complémentarités malgré les différences" (L'invincible Espérance, p 172-173).

Voir "Service national pour les Relations avec l'Islam ( SRI ) de l'Eglise de France" :  http://www.relations-catholiques-musulmans.cef.fr/home

"Petit Traité de la rencontre et du Dialogue",  lire le point de vue de Mgr Claverie 

"Ribât el Salam", lire l'entretien avec Mgr Claude RAULT, évêque de Laghouat (Algérie)